Ressources humaines
Forums Archives Contact
Management des Ressources Humaines et Ingénierie des Compétences  
 
Ressources humaines


Psychologie


Sociologie

Communication


Epistémologie
 
 
Qu’est-ce que l’existentialisme
La philosophie de l'existence, ou existentialisme, est une branche de la philosophie dont le point de départ est l'existence humaine.

Elle s'intéresse avant tout à la question du sens de l'existence. Notant que l'être humain naît sans jamais le demander, qu'il est lancé dans le monde sans raison apparente et qu'il est condamné à mourir, les existentialistes affirment que l'être humain n'a pas d'essence a priori. Initialement, sa vie n'a pas de sens, pas de raison d'être : elle est absurde. L'existence humaine précède son essence. Toutefois, l'être humain étant libre, il ne tient qu'à lui de donner un sens à sa vie : l'être humain est responsable de lui-même et de ses actions. Il peut ignorer sa responsabilité ou l'accepter, mais ne peut s'en défaire. Puisque l'homme est libre, il n'a pas le choix de choisir, puisque même l'absence de choix est un choix. Cette responsabilité peut être écrasante et mener à l'angoisse, que Kierkegaard fut le premier à définir dans Le concept d'angoisse. On a coutume de considérer Søren Kierkegaard comme le premier existentialiste, et de distinguer un existentialisme athée (Edmund Husserl, Martin Heidegger, Jean-Paul Sartre...), et un existentialisme chrétien (Søren Kierkegaard, Gabriel Marcel, Karl Jaspers, voire l'écrivain russe Dostoïevski pour certains). On a souvent reproché à l'existentialisme de brosser un tableau pessimiste de l'existence humaine en la déclarant absurde a priori, mais il est important de comprendre que l'absurdité n'est que l'état initial de l'existence humaine, état auquel celle-ci est loin d'être condamnée. Sartre, dans sa célèbre conférence L'existentialisme est un humanisme, répond à ses détracteurs sur ce point en affirmant que l'existentialisme, loin de condamner l'être humain, lui confère tout son potentiel d'action en faisant de sa liberté un absolu et de son existence un projet.